Les actualités en provenance de la TROCFL, de ses membres et de ses partenaires.

Centres de pédiatrie sociale : 20 millions $ Organismes communautaires Famille : 0

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Publication immédiate

 

Montréal, le 12 octobre 2016 – Le 4 octobre dernier, le ministre de la Famille, Sébastien Proulx, réitérait l’octroi de 20 millions $ à la Fondation du Dr Julien, pour le financement des centres de pédiatrie sociale. À terme, ce sont 5 millions $ par année qui seront versés d’ici 2020 pour financer la quarantaine de centres déjà existants un peu partout dans la province et en implanter de nouveaux.  Or, la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées, le Regroupement des organismes communautaires Famille de Montréal et la Table régionale des organismes communautaires Famille de Lanaudière du Québec déplorent qu’on fasse encore une fois le choix d’investir dans le développement de nouvelles ressources plutôt que de soutenir les organismes communautaires Famille qui font déjà un immense travail sur le terrain.

 

C’est donc avec colère que de nombreux groupes Famille bien implantés dans leur communauté ont accueilli cette annonce. Le Québec compte déjà un réseau d’organismes communautaires Famille riche d’une solide expérience terrain et qui, depuis plus de 30 ans, a fait ses preuves.  Avec une moyenne de financement annuel de 65 000 $, ces organismes communautaires doivent répondre aux besoins de plus en plus complexes des familles qui les fréquentent. À ce titre, ils auraient eu grandement besoin des sommes octroyées aujourd’hui aux centres de pédiatrie sociale qui viennent dédoubler le travail qui se fait déjà auprès de ces familles. Le choix alors d’investir dans de nouvelles structures, et par le fait même dans une fondation privée, paraît plus que discutable.

 

Comme le mentionnait le ministre Proulx, grâce à l’implantation des nouvelles centres de pédiatrie sociale, on compte atteindre plus de 20 000 enfants « en situation de grande vulnérabilité » afin de leur offrir « un meilleur départ dans la vie ». Or, n’est-il pas paradoxal que  ce même gouvernement continue de multiplier des mesures d’austérités qui, de l’avis même de la Protectrice du citoyen, nuisent en premier lieu aux plus vulnérables ?

 

Tant qu’on acceptera que des milliers de familles québécoises ne bénéficient pas de revenus suffisants pour couvrir leurs besoins de base, une partie des enfants continueront à être laissés pour compte. On aura beau multiplier les interventions auprès des enfants dits « vulnérables », si on ne questionne pas les inégalités sociales et les causes systémiques qui en sont à l’origine, on aura rien réglé ! Lutter contre la pauvreté des familles et des organismes communautaires qui les accueillent est une avenue désormais incontournable !

 

– 30 –

Signataires :

Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec

Regroupement des organismes communautaires Famille de Montréal

Table régionale des organismes communautaires Famille de Lanaudière

 

SOURCE : Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec

Renseignements : Sylvie Lévesque, directrice générale de la FAFMRQ, cel. (514) 710-6661

Dévoilement des résultats de l’étude évaluative concernant les effets sur les familles lanaudoises des activités et services offerts par les organismes communautaires Famille de Lanaudière

La Table régionale des organismes communautaires Famille de Lanaudière et la Direction de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière procédaient le 29 avril dernier, au dévoilement des résultats d’une étude évaluative concernant les effets sur les familles de leur fréquentation des organismes communautaires Famille de Lanaudière (OCFL).

De nombreux effets positifs ont été associés à la fréquentation des OCFL par les participant-e-s à l’étude. Lire la suite

Deux partenariats entre la Fondation Chagnon et Québec ne seront pas renouvelés

C’est en début de semaine que l’annonce d’abolition d’Avenir d’enfants et de Québec en forme issu du partenariat public-privé (PPP) entre le gouvernement du Québec et la Fondation Chagnon ont fait l’objet d’analyse très critique dans les médias. En ces temps d’austérité et de coupures, plusieurs organismes communautaires se questionnent sur la raison d’être de ces PPP alors qu’ils ont besoin plus que jamais de financement à leur mission de base. Bien qu’on ne puisse être contre la volonté de la Fondation Chagnon de contribuer au développement social du Québec, les organismes en entrevue dans la vidéo suivante soulèvent plutôt les méthodes discutables utilisées par Avenir d’enfant et Québec en forme dans les dernières années. Lire la suite

Le gouvernement finance la mise en place de pédiatrie sociale

Lors de sa rencontre avec l’attachée politique de la Ministre de la Famille, en mars dernier, la TROCFL faisait part de son questionnement par rapport aux enlignements gouvernementaux qui consistent à financer la mise sur pied de pédiatries sociales plutôt que de consolider les organismes communautaires Famille qui existent depuis plusieurs années et qui sont issus de la communauté. Nous avons rappelé à la ministre que les OCF sont souvent en première ligne pour répondre aux besoins des familles. Voir le communiqué que la TROCFL a rédigé en décembre dernier: Pédiatrie sociale et ressources familiales privées

Nous vous invitons également à lire l’article Monsieur Simon Lapierre, professeur agrégé à l’École de service social de l’Université d’Ottawa,  paru dans le devoir du mardi 5 mai 2015: Pédiatrie sociale

Lire la suite